Née à Paris au point médian des 90’s et ayant grandi à Montréal, thaïs donne dans la pop douce, mais qui pétille aussi. L’auteure-compositrice et interprète tapisse les cloisons de ses appartements de sonorités à la fois synthétiques et planantes. Documentant à haute voix la mélancolie, la solitude et le deuil des amours évanouies, la jeune artiste au soleil en Gémeau nous en tend, justement, les clés. Instrumentiste douée, elle évolue dans une musique où une signature foncièrement indie d’arrangements délicats rencontre la saveur d’une puissance électro résolue. La voix maîtrisée, aérienne et feutrée, thaïs se dévoile en 2020 avec le EP Paradis artificiels, puis sur la scène du festival Santa Teresa, du Phoque OFF, du Festival Mural et des Francouvertes. En 2021, elle rejoint les rangs de Bravo musique.

Donnant l’impression d’être partout où se trame le beau ces derniers temps, thaïs réitère avec l’extrait «Le vent». Cette nouvelle pièce se retrouvera sur le EP Tout est parfait: acte deux, à paraître le 2 septembre sur les plateformes de téléchargement et d’écoute en continu. Comme une légère rafale pour secouer le stagnant, la chanson de deux minutes et trentesept secondes nous balaye, aérienne et vaporeuse, avec ses harmonies vocales sucrées et ses rythmiques marquées, toujours sur fond d’électro-pop. Le timbre soufflé, dans un chant aussi délicat qu’un murmure à l’oreille, la jeune artiste déballe la nostalgie d’un avant. Dans un appel au calme et à la douce fuite en tandem, on retrouve ce qui, jusqu’ici, constitue son ravissant ADN musical. Le paysage qu’elle peint à force de mélodies accrocheuses et de textures synthétiques soignées évolue en toute cohérence, et elle y grave son nom au bas, à droite, de plus en plus profondément.

« Laisse-toi monter dans les nuages Et toucher le vent C’est juste avec toi que je voyage Viens on fait comme avant »

Faisant suite à Tout est parfait: acte un, lancé en mai, le second acte attendu en septembre inclura quatre nouvelles plages, dont «Le vent». Sur cette dernière, thaïs s’entoure d’ailleurs de Renaud Bastien (coréalisation, co-arrangements, guitares, basse, claviers, prise de son), Jérémie Essiambre (batterie et percussions) et Pascal Shefteshy mixage et matriçage), tandis qu’elle assure elle-même l’écriture, la composition, la coréalisation, les coarrangements, en plus de chanter et d’animer guitares et claviers. S’ajoutent à ce noyau fort Hugo Loïs (co-arrangements et enregistrement) Camille Poirier-Lachance (violons), Eugénie Lalonde (violoncelles) sur certaines des pistes additionnelles qui composent Tout est parfait: acte deux. Entre deux parutions, thaïs remplit ses journées sur scène, voyageant des Francos de Montréal jusqu’à la Maison du Québec à Saint-Malo en France, en passant par l’Impérial Bell en première partie d’Alicia Moffet et le Festival d’été de Québec. Tout est parfait, oui.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.