Charmless en mode Bad Brother

Derrière ce nom teinté d’autodérision, on trouve le nouveau projet du musicien et chanteur franco-britannique William Martin. Ancien leader de Tigers Can Swim, formation qui s’était fait remarquer avec un EP (salué entre autres par Tsugi ou Rock & Folk) et par ses lauriers de la scène parisienne émergente (Tremplin du Point FMR, Prix Sacem, Grand Zebrock), il se réinvente avec Charmless.

Pour ce nouveau chapitre en solo, le songwriter revoit entièrement sa façon d’aborder la musique et de s’y plonger : sa petite chambre parisienne se transforme en home-studio aussi bordélique qu’inspirant, le lit trouvant péniblement sa place entre guitares, enceintes et synthétiseurs. Une nouvelle configuration plus intime, contraignante et très libre à la fois, qui lui offre tout le lâcher-prise pour trouver son propre son et l’âme de ses nouveaux morceaux. Vendredi dernier sortait le titre Bad Brother.

Selon Charmless « ce clip se situent quelque part entre Good Time des frères Safdie et Twin Peaks de David Lynch. J’aimais ce mélange de violence et de tendresse chez ce grand frère en cavale qui doit s’occuper de sa petite sœur et le drame qui pouvait en découler. On avait une équipe incroyable, des acteurs dévoués – Lukas Ionesco et sa jeune partenaire Emma Grandjean ont bluffé tout le monde – et un décor génial… Ce tournage a vraiment été une expérience à part. ». 

Charmless dévoile à son propos : “C’est avec Bad Brother que Charmless est né. Ce morceau m’a permis de trouver une couleur nouvelle à ma musique, de tourner la page de mon précédent projet et d’ouvrir plein de portes dans ma tête. C’est la mélodie qui définit ce que je veux raconter dans un morceau, et non l’inverse. Ici, elle a quelque chose de solennel mais libérateur. Ça m’a emmené vers un souvenir très intime : la seule fois où ma sœur est venue à l’un de mes concerts. C’était un festival, il y avait du monde, je l’ai repérée au loin… et elle dansait. C’est une personne très réservée et là, elle se lâchait. C’était magique. On a toujours eu du mal à communiquer elle et moi et soudain, la musique est venue tout régler. J’ai failli m’arrêter de jouer car j’étais très ému mais elle aurait sans doute arrêté de danser aussi ! Ça a donné les paroles du refrain « it feels so good to dance with you ». Il ne reste maintenant plus qu’à la voir danser sur cette chanson et la boucle sera bouclée.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.