Chaque mois à partir du Mercredi 19 Octobre prochain à 23h, France 3 diffusera Justice en France et pour la première fois dans l’hexagone, le public pourra s’imprégner de l’ambiance d’une salle d’audience, et sera face à un juge, afin de mieux comprendre ce que cela peut être la véritable justice et son décryptage par des experts.

« Le point de départ de cette série documentaire repose sur la signature d’une Convention entre le ministère de la Justice et France Télévisions en mars 2022, dans le cadre du nouveau décret d’application de l’article 1er de la loi pour la confiance dans l’institution judiciaire portée par le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti, permettant la captation de certaines audiences.

L’ambition de ce partenariat est de permettre au public, à travers un programme d’émissions récurrentes pédagogiques de « justice filmée », de mieux connaître et comprendre le fonctionnement de nos institutions et ainsi d’en appréhender tous les enjeux.

Ces captations ont nécessité l’obtention de l’accord des magistrats, des avocats et des justiciables. Pour les personnes dont les autorisations n’ont pas été obtenues, elles seront anonymisées et tout élément d’identification occulté. Il s’agit de restituer la réalité des audiences, sans artifice technique ni mise en scène, de cheminer avec celles et ceux qui font la justice, celles et ceux qui y font face ou qui demandent sa protection. En rendant compte de la complexité, des difficultés, des souffrances, des doutes qu’expriment les victimes, les personnes mises en cause comme les témoins, l’émission restituera tout ce qui fait l’humanité d’un procès comme aucun compte rendu ne peut le faire. »

Les Délits routiers seront au centre du premier numéro, dont les caméras se sont posées au tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence, pour des audiences pénales liées aux délits routiers.

Un droit à l’oubli est prévu : aucun élément d’identification ne pourra être diffusé après cinq ans à compter de la première diffusion. Dans le cadre de l’article 1 de la loi pour la confiance dans l’institution judiciaire, les captations des audiences pourront être diffusées uniquement lorsque l’affaire aura été définitivement jugée, avec l’accord et dans le respect des droits des parties : droit à l’image, respect de la vie privée, présomption d’innocence, droit à l’oubli, intérêt supérieur des mineurs ou des majeurs protégés. Toutes les personnes filmées, professionnels comme justiciables, devront remplir un formulaire de consentement concernant la diffusion de leur image.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.