Derrière ce nom teinté d’autodérision, on trouve le nouveau projet du musicien et chanteur franco-britannique William Martin. Ancien leader de Tigers Can Swim, formation qui s’était fait remarquer avec un EP (salué entre autres par Tsugi ou Rock & Folk) et par ses lauriers de la scène parisienne émergente (Tremplin du Point FMR, Prix Sacem, Grand Zebrock), il se réinvente avec Charmless

La semaine dernière sortait le single Taking Turns, “un morceau qui est sorti d’un coup.” dit Charmless. “La ritournelle de synthé qui donne sa couleur mélodique au titre est sortie de mes mains comme une évidence. Elle a tourné toute la journée dans mon casque, m’a transporté dans une espèce d’état second entre exaltation et urgence… et la chanson est apparue. À l’époque, on vivait avec ma copine dans une petite chambre de 11 m2 qui était notre lieu de vie, notre bureau, mon studio de musique tout à la fois… Toutes nos émotions, toutes nos questions (notamment existentielles !), tous nos doutes s’entrechoquaient dans cette petite pièce. Le morceau parle de ce bouillonnement, de toutes les explosions qui nous ont mené la vie dure mais aussi rendus très fusionnels.”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.